10/11/2006

Poésie quand tu nous tiens

Le petit chat

Edmond Rostand

 

Le petit chat noir effronté comme un page,

Je le laisse jouer sur ma table souvent,

Quelques fois il s'assied sans faire de tapage,

On dirait un joli presse-papier vivant.

 

Rien en lui, pas un poil de son velours ne bouge;

Longtemps, il reste là, noir sur un feuillet blanc,

A ces minets tirant leur langue de drap rouge,

Qu'on fait pour essuyer les plumes ressemblant.

12:53 Écrit par dondon | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

souvent les écrivains et les poetes nous ont laissé de jolies choses sur les chats animal doux et dicret le compagnon idéal pour écrire en silence ...allons savoir ????? amitiés Charly et cie

Écrit par : Charly the cat .. | 10/11/2006

Les commentaires sont fermés.